Lu en 5 min

Guide des sportifs sur la consommation de protéines Whey et végétales

Whey Protein Vanille im Shaker

L’époque où les sportifs engloutissaient un grand verre de blancs d’œufs après une séance de renforcement musculaire est révolue, même si certains ne jurent encore que par cette méthode. Pour la plupart des sportifs d’aujourd’hui, la manière la plus rapide d’apporter au corps toutes les protéines dont il a besoin pour prendre de la masse est la protéine en poudre. Chez foodspring, nous proposons notre Protéine Whey, ainsi qu’une formule végétale qui conviendra aux vegans. Mais quelle quantité faut-il en prendre, à quel moment, et comment ces poudres peuvent-elles être intégrées à un mode de vie sain ? Nous te donnons ici toutes les réponses à ces questions.

Le bon dosage

Même si la poudre protéinée Whey est le plus souvent recommandée aux personnes qui pratiquent l’haltérophilie, il ne faut pas spécialement soulever des dizaines de kilos de fonte pour profiter de ses bienfaits. « On retrouve des protéines partout dans le corps : dans les muscles, les os, la peau, les cheveux et à peu près partout ailleurs », écrivent les experts de la Harvard T.H. Chan School for Public Health. « Les protéines permettent la création des enzymes qui alimentent toutes sortes de réactions chimiques dans le corps, mais aussi la création de l’hémoglobine qui transporte l’oxygène dans le sang. Au moins 10 000 protéines différentes veillent ainsi au bon fonctionnement de notre corps. »

La quantité idéale de protéines Whey à consommer sera la même quel que soit ton objectif, qu’il s’agisse de prendre du muscle ou de perdre du poids. Nous te recommandons d’absorber entre 20 et 25 grammes de protéines de bonne qualité à chaque prise, pas plus. En effet, le corps ne peut synthétiser (c’est-à-dire utiliser) qu’une quantité limitée de protéines à la fois. Une dose de nutriments plus élevée ne changera donc rien à ta prise de muscle et, au contraire, ne fera que t’apporter des calories supplémentaires. Pour éviter les maux d’estomac, les ballonnements et les problèmes cutanés, évite de consommer plus de 3 grammes de protéines par kg de poids corporel. N’oublie pas non plus d’augmenter ta consommation d’eau lorsque tu augmentes tes apports en protéines, car tes reins doivent travailler plus dur pour dégrader les protéines afin que le corps les réutilise.

La dose journalière recommandée en protéines varie d’une personne à l’autre, sur la base de facteurs comme le poids, la taille et le niveau d’activité physique. Tu peux calculer tes besoins minimum en protéines en utilisant la formule de la National Academy of Medicine : 0,8 gramme de protéines pour chaque kg de poids corporel, ce qui représente environ 8 grammes de protéines pour chaque tranche de 10 kg de poids corporel.

Sur le même sujet : De quoi ton corps a-t-il envie ? Découvre-le ici !

Où trouver de bonnes protéines ?

Bien entendu, tous les aliments d’origine animale, à savoir la viande, les œufs et les produits laitiers, sont de bonnes sources de protéines. Cela dit, l’idéal est d’opter pour des sources de protéines animales de haute qualité. Privilégie donc les viandes provenant d’animaux élevés en plein air et dans le respect du bien-être animal, idéalement par des éleveurs locaux. Si possible, essaye d’en savoir plus sur les personnes auprès de qui tu achètes tes produits d’origine animale, pour te assurer que leurs animaux sont bien traités et nourris, de sorte à donner une viande, des œufs, du fromage ou des produits laitiers de qualité. En effet, ce que les animaux mangent, tu le manges aussi !

Il ne faut pas forcément manger de la viande pour absorber la bonne quantité de protéines. Il existe de nombreuses sources végétales de protéines, parmi lesquelles certaines sont complètes, ce qui signifie qu’elles contiennent les 9 acides aminés essentiels. Citons par exemple le tofu, le quinoa, le seitan et le chanvre. En adoptant un régime alimentaire varié comprenant diverses sources de protéines végétales, tu obtiendras un apport complet. Et tu ne dois pas forcément manger toutes ces protéines au même repas, puisque le corps stocke et utilise les acides aminés quand il en a besoin.

Il est vrai qu’il peut être difficile de prendre des “shots” de protéines tout au long de la journée. Tu ne peux décemment pas, en effet, manger des pilons de poulet en guise de snacks entre deux réunions ! Bien sûr, tu peux emporter avec toi quelques morceaux de fromage ou une saucisse sèche, mais il existe une solution plus facile : la protéine en poudre. Il suffit de verser la poudre dans un shaker et d’ajouter de l’eau pour refaire le plein de protéines, où que tu sois. Et pourquoi ne pas essayer également des bouchées protéinées ou te préparer un bol de porridge hyperprotéiné ?

Comment intégrer la protéine en poudre dans tes objectifs sportifs ?

Les sportifs apprécient les protéines en poudre de haute qualité, car le corps les absorbe rapidement et facilement. Les personnes qui cherchent à prendre du muscle peuvent consommer 20 à 30 grammes de Whey ou de protéines végétales mélangées au shaker, 2 à 3 fois par jour. Quant au moment où ces protéines doivent être consommées, il dépend de chacun. Certains, notamment ceux qui n’ont pas très faim au petit déjeuner, aiment se préparer leur shaker protéiné le matin, en guise de source d’énergie pour la journée. D’autres préfèrent prendre leur Whey après un entraînement, histoire de donner à leurs muscles le petit boost énergétique dont ils ont besoin. Pour aider à reconstituer tes réserves musculaires, essaye de consommer une portion de protéines dans les 30 minutes qui suivent une séance d’entraînement.

Tu peux également utiliser la poudre protéinée comme base pour une boisson riche en nutriments. Mélanger une poudre protéinée à des glucides et des lipides peut ralentir l’absorption des protéines, ce qui peut aider le corps à mieux utiliser les acides aminés qu’elles contiennent. C’est en tout cas ce que suggère une étude publiée dans le Journal of the International Society of Sports Nutrition. Deviens donc un gastronome du shaker ! Ajoute à tes mélanges des légumes comme des épinards ou des feuilles de chou, ou bien encore des micropousses, qui sont de petites bombes nutritionnelles. Les fruits rouges surgelés ajouteront à tes shakers des glucides sains et des antioxydants. Pense aussi à la poudre de champignons, une source de vitamines et minéraux, mais aussi aux bonnes graisses sous la forme, notamment, de graines de lin moulues, qui regorgent d’acides gras oméga 3. L’eau n’est pas le seul liquide que tu peux utiliser dans tes mélanges. Le lait, les alternatives végétales comme le lait de soja ou d’amande et l’eau de coco apporteront aussi à ta boisson une consistance très agréable. Et en parlant de consistance, si tu recherches quelque chose de plus épais, qui s’apparente à un milk-shake, n’hésite pas à ajouter des morceaux de banane mûre surgelée, ou bien encore du chou-fleur cuit à la vapeur et refroidi. Résultat : un repas 100 % nutritif !

Comment choisir la bonne protéine en poudre

Il existe aujourd’hui sur le marché toutes sortes de poudres protéinées. Alors, comment trouver celle qui te conviendra le mieux ? Tout d’abord, choisis une marque qui t’inspire confiance, car certaines marques peu scrupuleuses ne sont pas très regardantes quand il s’agit de la composition de leurs produits. Les chercheurs du Clean Label Project, une initiative à but non lucratif, ont passé en revue 34 protéines en poudre, à la recherche de 130 toxines. Parmi les « ingrédients » qu’ils y ont trouvés, on peut citer l’arsenic, le mercure, le plomb et le cadmium. Sans compter que certains produits avaient de fortes concentrations en toxines. Une fois la marque identifiée, trouve dans son assortiment un produit contenant au moins 75 % de protéines et moins de 5 % de sucre.

Ne brûle pas les étapes lorsque tu ajoutes une nouvelle poudre protéinée à ton régime alimentaire. Il peut arriver, en effet, que ces poudres entraînent des soucis de digestion. Commence par une petite quantité mélangée au shaker, et ne la bois pas juste avant un entraînement. (Les choses peuvent en effet devenir compliquées lorsqu’on combine un effort physique intense et un système gastro-intestinal dérangé.) Si tout se passe bien, augmente progressivement la dose dans les jours qui suivent. Même si tu manques de patience, ne te précipite pas. Tes muscles et ton énergie t’en remercieront !

Sources de l'article
Notre équipe de rédaction foodspring est une équipe de spécialistes en nutrition et en sport. Nous nous basons sur des études scientifiques pour étoffer chacun de nos articles. Si tu souhaites en savoir plus, n'hésite pas à lire notre politique éditoriale.

Articles similaires