6 min read

Les endorphines : leur secret pour nous rendre heureux

Rédactrice & coach en fitness
Undine est coach fitness, diplômée des métiers du fitness, de la santé et du bien-être. Elle rédige des articles concernant l’alimentation et des articles fitness. Elle crée également des programmes alimentaires gratuits.

Les endorphines sont nos hormones du bonheur. Elles nous rendent de bonne humeur et réduisent la douleur. La libération de ce stimulant n’a cependant lieu que dans certaines conditions.

Que sont les endorphines ? Explications

Connais-tu cet état d’ivresse lorsque tu fais du sport et que tu penses que tu es au bout du rouleau et puis soudainement tu as un véritable regain d’énergie ? Ou peut-être t’est-il déjà arrivé de te blesser et de n’avoir ressenti aucune douleur sur le moment ? La raison ? Les endorphines. Associées à d’autres neurotransmetteurs, tels que l’adrénaline et la sérotonine, elles régulent le sentiment de bonheur et de bien-être au sein de notre organisme.

Les endorphines sont des hormones endogènes, c’est-à-dire qu’elles sont produites par notre organisme et n’ont pas besoin d’être assimilées par le biais de l’alimentation. En premier lieu, elles servent de médicament naturel ou d’anesthésiant, en quelque sorte. Pour ce faire, elles se fixent sur les récepteurs présents dans la moelle épinière et le cerveau. Les stimuli douloureux du corps ne peuvent alors plus être transmis à la partie du cerveau qui traite la douleur. La libération d’endorphines fait donc en sorte que nous ne ressentions pas immédiatement les douleurs dues à une blessure physique.

Quel est le rôle des endorphines ?

Le rôle premier des endorphines est de nous aider à surmonter des situations extrêmes. Lors d’un accident par exemple, les endorphines libérées par notre corps nous empêchent de ressentir nos blessures immédiatement et nous permettent de nous mettre d’abord en sécurité ou d’attendre l’arrivée des secours. Notre taux d’endorphines dans le sang augmente également dans d’autres situations, par exemple dans un grand huit. Peut-être as-tu toi-même déjà vécu cet état d’ivresse.

Dans le langage courant, les endorphines sont appelées les hormones du bonheur. En effet, cette hormone est également sécrétée lors d’événements positifs. La libération d’endorphines fait naître en nous un sentiment d’euphorie, qui nous fait nous sentir heureux. La raison étant que les endorphines se fixent sur les mêmes récepteurs que les opiacés et agissent de façon similaire à la morphine. C’est pourquoi les endorphines sont également appelées « morphine endogène ». Les opiacés sont des analgésiques hautement efficaces disponibles uniquement sur prescription médicale. Ils calment la douleur et d’autres sentiments négatifs au sein de notre corps.

Les effets des endorphines

L’effet le plus fondamental des endorphines consiste à apaiser la douleur et à égayer l’humeur. Cependant, on leur prête également d’autres effets sur notre corps ¹. Toutefois ces derniers ne sont pas prouvés scientifiquement. Parmi eux, on retrouve notamment les suivants :

  • Sommeil de meilleure qualité
  • Diminution du stress
  • Système immunitaire renforcé
  • Production d’hormones sexuelles
  • Régulation de la sensation de faim

Les endorphines apparaissent bien souvent aux côtés d’autres neurotransmetteurs, venant eux aussi égayer notre humeur. Il s’agit notamment de la sérotonine, la dopamine, la noradrénaline, la phénéthylamine et l’ocytocine. Ils ont des effets similaires aux endorphines et procurent une sensation agréable de bien-être.

deux femmes qui font du jogging pour libérer des endorphines
©Skynesher

Comment obtenir des endorphines ?

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les endorphines sont des hormones endogènes. Leur production est donc déclenchée par certains stimuli clés. Elles peuvent être libérées dans des situations extrêmes, telles qu’un accident. Mais également lors de belles expériences qui nous procurent de la joie. Parmi les autres méthodes de production d’endorphines, on retrouve les suivantes :

Le sport

La course à pied, notamment, est particulièrement connue pour libérer des endorphines, ce qui est très apprécié. C’est donc une bonne raison de se mettre sans tarder au running. L’euphorie du coureur décrit un état dans lequel les coureurs viennent à bout de longues distances malgré la douleur et l’épuisement. Cela est dû à la forte concentration d’endorphines dans le sang.

Que la course soit lente et longue ou courte et rapide, des endorphines sont libérées dans les deux cas ². Le sentiment de bien-être et le regain d’énergie éprouvés sont caractéristiques de cet état. Si tu commences tout juste la course à pied, cela peut toutefois prendre jusqu’à deux mois pour que ta concentration d’endorphines dans le sang augmente.

Notre conseil : quel que soit ton entraînement, nos Energy Aminos sont là pour te booster ! Donne le maximum de toi-même et atteins tes limites grâce à cette délicieuse boisson aux extraits de guarana et de poivre.

Découvrir les Energy Aminos

D’autres disciplines sportives permettent également de libérer des hormones du bonheur. Que ce soit la natation, le cyclisme, l’escalade ou les sports de force, dès que tu repousses tes limites pendant un court ou un long moment, cela stimule la production d’endorphines.

Le rire

En réalité, la science n’est pas unanime concernant le fait qu’un simple sourire puisse mettre de bonne humeur. Les scientifiques ont longtemps affirmé que l’on pouvait duper notre cerveau grâce à un sourire et ainsi stimuler la production d’endorphines. Nul besoin de rire vraiment. Un grand sourire forcé suffit. Une nouvelle analyse de 138 études menées sur le sujet a révélé qu’un sourire et notre posture pouvaient en réalité légèrement influencer notre humeur ³.

L’alimentation

L’alimentation peut elle aussi stimuler la production d’hormones du bonheur. Et ce n’est pas sans raison que l’on dit que le chocolat rend heureux. Le plus souvent, ce ne sont pas les endorphines qui égayent notre humeur, mais la sérotonine ou plutôt le tryptophane. Ce dernier est un neurotransmetteur important pour la fabrication de la sérotonine. On en retrouve notamment en grande quantité dans les bananes, les noix, le chocolat, les graines de soja, les pommes de terre et les œufs.

Notre conseil : pour obtenir une bonne dose d’endorphines, nous t’avons déniché l’en-cas idéal : une tranche de banana bread moelleux. Et ce qu’il y a de bien dans cette recette, c’est qu’elle est riche en protéines et pourtant vegan ! Grâce à notre poudre de protéines végétales, tu évites farine et sucre, tout en t’assurant des protéines de qualité.

 

banana-bread-vegan
©foodspring
Découvrir la recette

Le soleil

Le soleil peut lui aussi nous rendre plus heureux. La raison n’est ici pas la libération d’endorphines, mais plutôt la vitamine D. Grâce aux rayons du soleil, notre organisme produit de la vitamine D, qui vient elle-même stimuler la production de la sérotonine et de la dopamine, deux autres hormones du bonheur.

Que se passe-t-il en cas de carence ?

Si l’on a une alimentation saine et équilibrée et que l’on fait suffisamment d’exercice physique, il est plutôt rare de manquer d’endorphines. Cependant, il est possible de souffrir de carences dans certains cas. Un manque d’endorphines peut se traduire par des états dépressifs. Si tu as le moindre doute et que tu penses souffrir d’une carence, va consulter ton médecin. Il pourra procéder aux analyses nécessaires pour déterminer si c’est vraiment le cas.

L’addiction aux endorphines

Trop peu d’endorphines au sein de l’organisme peut entraîner un comportement d’addiction. Les personnes concernées sont dépendantes à « l’effet grisant » que procure l’hormone du bonheur. Pour provoquer cet effet de manière artificielle, ces individus ont souvent recours à l’alcool ou à d’autres drogues. D’autres encore commencent à s’affamer ou à s’automutiler. Dans de telles situations, le corps libère des endorphines afin de déclencher un effet d’euphorie et de minimiser le mal que l’on s’inflige.

Même les sportifs peuvent développer une addiction aux endorphines. Notamment dans les sports de compétition, où les personnes repoussent souvent leurs limites physiques, davantage d’endorphines sont sécrétées. Il peut arriver que les sportifs soient accros à cette dose d’endorphines et repoussent, par conséquent, toujours plus leurs limites. Lorsqu’un coureur veut constamment courir jusqu’à épuisement total, il ne s’agit plus seulement d’établir des performances sportives, mais surtout d’obtenir cette sensation d’ivresse.

Les endorphines : notre conclusion

  • Les endorphines sont des hormones du bonheur sécrétées par l’organisme. Elles diminuent le stress, ont des propriétés analgésiques et nous rendent heureux. Il existe d’autres hormones du bonheur : la sérotonine, la dopamine, la noradrénaline, la phénéthylamine et l’ocytocine.
  • Cette hormone est surtout sécrétée dans les situations extrêmes. Mais les moments qui nous procurent de la joie peuvent également stimuler la production d’endorphines. Les activités sportives, l’alimentation, le soleil et le rire nous rendent aussi plus heureux.
  • Les endorphines sont très importantes. Elles diminuent nos sensations de douleur lorsque nous avons un accident par exemple.
  • Leur effet enivrant et leurs bienfaits sur l’humeur peuvent entraîner un comportement d’addiction. Si tu as l’impression de souffrir d’une carence en endorphines, nous te recommandons de t’adresser à ton médecin.
Article sources
We at foodspring use only high-quality sources, including peer-reviewed studies, to support the facts within our articles. Read our editorial policy to learn more about how we fact-check and keep our content accurate, reliable, and trustworthy.
  • ¹ Schulz, R. ( 1978): Körpereigene Opitate – Endorphine, in: Deutsches Ärzteblatt, Heft 40.

  • ² Heijnen, S.; Hommel, B.; Kibele, A.; Colzato, L. S. (2015): Neuromodulation of Aerobic Exercise – A Review, in: Frontiers in Psychology.

  • ³ Coles, N. A.; Larsen, J. T.; Lench, H. C. (2019): A meta-analysis of the facial feedback literature: Effects of facial feedback on emotional experience are small and variable, in: Psychological Bulletin, 145 (6).